Ordre Hospitalier en Gascogne - OSJ

Histoire de la Gascogne

, 13:56pm

Drapèu Vaskon

Drapeau de l'Unité de la Gascogne (Vasconha)

 

La Gascogne ou Duché de Vasconie (Aquitaine) : 

 

Les Aquitains, aussi appelés Proto-basques, désignent un ensemble de tribus de l'Antiquité comprise entre les Pyrénées occidentales, la rive gauche de la Garonne et l'océan Atlantique (à peu près l'espace triangulaire formé par la Gascogne), et n'étant pas gauloise (non apparenté aux langues celtes).

 

L'origine de ce qui semble être des noms de divinités ou de personnes sur des dalles funéraires romano-aquitaines est semblable au basque actuel. Cela a conduit de nombreux philologues et linguistes à conclure que l'aquitain a été étroitement lié à une forme plus ancienne de la langue basque. Le fait que la région était connue sous le nom de Wasconia dans le haut Moyen Âge (IIIe-XIIe siècle), un toponyme qui a évolué et a donné le nom de Gascogne, ainsi que d'autres éléments de preuve toponymiques, semble corroborer cette hypothèse. 

 

Selon le géographe grec Strabon, les Aquitains "diffèrent des peuples de race gauloise tant par leur constitution physique que par la langue qu'ils parlent, et ressemblent davantage aux Ibères". Il ajoute qu'"on compte plus de vingt peuples aquitains, tous faibles et obscurs".

 

La Novempopulanie : 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/90/Novempopulania1.png

 

La Novempopulanie ou Aquitania novempopulana ou encore « Pays des Neuf Peuples » est le nom donné au IIIe siècle par l'administration impériale à la partie sud de l'Aquitaine antique.

 

Elle est une province romaine du diocèse de Vienne de la préfecture des Gaules.

 

Dite Aquitaine IIIe, elle provient de la division administrative de la grande Gaule aquitaine en trois parties, avec Eauze pour capitale.

 

Tribus de langue proto-basque :


Constituée de neuf peuples, essentiellement de langue proto-basque puis de douze, ce fait est attesté par « la liste de Vérone » ou Laterculus Veronensis au IIIe siècle et par la « Notice des provinces et cités des Gaules » au Ve siècle. L'hypothèse avancée pour expliquer les douze cités de la Novempopulanie mentionnés par la « Notice des Gaules » est que trois cités de création récente sont venues s'ajouter à la liste.

 

La Novempopulanie résulte de la partition de la province impériale et prétorienne d'Aquitaine en trois provinces dites présidiales :


- L'Aquitaine première et L'Aquitaine seconde (Aquitanica secunda ou Aquitania secunda) dont la métropole était Bordeaux (Burdigala), capitale de la cité des Bituriges Vivisques  ;

 

La Novempopulanie ou Aquitaine troisième (Aquitanica tertia ou Aquitania tertia) dont la métropole était Eauze, capitale de la cité des Elusates.

 

La Novempopulanie était délimitée, au sud, par les Pyrénées, qui la séparaient de la Tarraconaise, province qui relevait du diocèse d'Hispanie. Le Val d'Aran en relevait. Au nord, la frontière suivait très approximativement la rive gauche de la Garonne, avec des exceptions importantes : Bordeaux, capitale du territoire des Bituriges Vivisques, était rattachée à l'Aquitaine seconde ; Aginnum (rive droite), capitale des Celtes Nitiobroges, de même ; Toulouse capitale des Volques Tectosages (essentiellement rive droite) était rattachée à la Narbonnaise ; tandis que le territoire des Vasates atteignait la Dordogne, celui des Convènes s'étendait sur les deux rives du Val d'Aran ; un partie du territoire des Consorani, le Couserans (rive droite de la Garonne), lui était rattaché. Cette délimitation correspond sensiblement à celle du dialecte gascon moderne.

 

La Vasconie :

 

Le duché de Vasconie ou duché de Gascogne, transcrit aussi en latin en Wasconiae ou Gasconia selon les sources de l'époque, était une entité du Haut Moyen Âge constituée vers 601-602 par les rois Francs Mérovingiens afin de soumettre les Vascons et les Aquitains à leur autorité. 

 

Pour les Vascons, le duché de Vasconie est la partie au nord des Pyrénées de la Vasconie, attaquée par les Francs, par opposition à la partie sud des Pyrénées, Saltus Vasconum, attaquées par les Wisigoths et les Omeyyades (musulmans).

 

Le duché de Vasconie en 602, englobe tout le territoire de l'ancienne Novempopulanie, sauf la plus grande partie de l'ancienne civitas Boatium passée, du temps de la domination wisigothique, à la civitas Burdegalensium.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/52/Dux_wasconum2.png

 

Le duché s'est développé au début sur les bords de la Garonne, mais s'est répandu dans les années 630 jusqu'au versant continental des Pyrénées, comprenant la province romaine du Bas-Empire de Novempopulania (ce qui était auparavant la province augustéenne de Gallia Aquitania), même au-delà des Pyrénées parfois. Le premier duce de Vasconie fut Genial de Vasconie jusqu'à sa mort en 627.

 

Le duché de Vasconie était principalement peuplé par des descendants des Aquitains et probablement d'habitants originaires de la péninsule comme les Vascons (dès le iie siècle), avec qui les ducs de Vasconie ont maintenu des relations étroites. Le duché de Vasconie a également bénéficié de l'autonomie caractéristique que les monarques mérovingiens accordaient aux territoires gouvernés par ses représentants, jusqu'au changement de dynastie avec l'avènement de la dynastie carolingienne, où son intégration fut décidée au duché d'Aquitaine à partir du viiie siècle. Le duché d'Aquitaine appartenait aux comtes de Gascogne, une entité féodale qui permit de former le Duché d'Aquitaine-Vasconie. 

 

En 768, les deux entités se sont de nouveau séparé pour constituer le duché de Gascogne et le duché d'Aquitaine. 

 

Les deux entités sont réunies définitivement sous Guillaume VIII d'Aquitaine à partir de 1063.

 

Peuples d'Aquitaine (Vascohna / Gascohna) :

 

Ausques (Auscii en latin) les plus nombreux et les plus connus. Ils ont occupé les Landes, le Gers, les Hautes-Pyrénées et pratiquement toute la Vasconie, avec le centre à Illiberis (Auch). Certains ont pensé que la racine du mot euskara, nom de la langue basque, vient de Auscii

 

Biguerres (Bigerriones en latin) en Bigorre.

 

Boïates (Boii en latin) du Pays de Buch (Lamothe près du Teich, Gironde).

 

Campanii

Cocosates avec comme centre Cocosa (entre Dax et Bordeaux).

Convènes (Convenae en latin), avec comme centre Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges aujourd'hui).

 

Elusates en Armagnac, ils dominaient le Condomois (Gers).

 

Garoumnes (Garumni en latin) dans le Val d'Aran et dans la haute-vallée de la Garonne, avec comme centre Salardunum (Salardú).

 

Lactorates (Lactoratenses en latin?) en Lomagne, leur capitale était Lactora (Lectoure), entre Gers, et Tarn-et-Garonne.

 

Sotiates au nord du Condomois et le canton de Nérac (Lot-et-Garonne), avec le centre à Sotium (Sos).

 

Suburates (Sibuzates en latin ?) dans la Soule.

 

Tarbelles (Tarbelli en latin) en Chalosse, avec comme centre Aquae tarbelliae (Dax).

 

Tarusates dans l'actuel Tursan (dans les Landes) avec ville principale Atura (Aire-sur-Adour).

Onesii avec comme centre Onobriva (Luchon), Hautes-Pyrénées.

 

Oscidates

Vasates du sud-est girondin ou Bazadais

Vernani dans le piémont pyrénéen.


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7a/Aquitani_tribes_map-fr.svg

 

La victoire française à la bataille de Castillon marqua la reconquête de Bordeaux en 1453.

 

Louis XI donne le duché en apanage à son frère Charles de Valois en 1469. Il revient définitivement à la couronne française à la mort de celui-ci en 1472.

 

Le pape Clément V, un Aquitain célèbre


Bertrand de Goth est né vers 1264 près de Villandraut en Gironde, et est décédé le 20 avril 1314, à Roquemaure (Gard). Après avoir été l'archevêque de Bordeaux, il devint pape en 1305, sous le nom de Clément V, et fut celui qui installa la papauté à Avignon. Son opposition ou participation avec le roi de France Philippe IV le Bel dans le procès des Templiers fait aujourd'hui toujours débat.

 

Grâce à sa position, Clément V favorisa la construction de châteaux en Sud-Gironde pour lui et sa famille. Cet ensemble remarquable est connu aujourd'hui sous le nom de châteaux clémentins. Les plus connus sont le château de Villandraut, le château de Roquetaillade, le château de Budos et le château de Blanquefort.

 

Langue Gasconne et Langue Basque

 

La division arbitraire linguistique "Occitan" (langue d'Oc), au sud, et langue d'Oil, au nord, ne s'applique pas aux dialectes du Sud-Ouest (compris entre la Garonne et les Pyrénées).

 

L'Aquitaine Ière devenue Novempopulanie, Vasconie puis Gascogne avant de redevenir Aquitaine, en passant par des divisions telles que le Béarn, la Guyenne et le Royaume de Navarre, comporte 2 grandes variétés linguistiques.

 

La Vasconie ou Gascogne géographique et historique couvre ces deux variétés liguistiques : Le "Basque" et le "Gascon" constituent un ensemble de dialectes issus de l'Aquitain langue proto-basque, isolat d'Europe non rattaché aux groupes indo-européens.

 

Le Basque et le Gascon ont une très forte parenté. Ce sont les langues d'un seul et même peuple qui ont le même substrat.

 

Le Gascon (comportant plusieurs dialectes) est la langue parlée en Gascogne linguistique (jusqu'en Espagne, par ex : Val d'Aran) et le Basque (avec plusieurs dialectes) est la langue parlée au "Pays Basque".

 

Au Pays-Basque, il faut noter que jusqu'au XIXème siècle le bilinguisme basque et gascon y était majoritaire.

 

Avec la montée du Français et de l'Euskara Batua (langue basque standardisée) le Gascon s'est quasiment éteint au Pays Basque (sauf dans quelques zones : Biarritz, Anglet, Bayonne, Labastide-Clairence et zone charnègue etc...). Quelques anciens le parlent encore. Quant aux dialectes basques français (bas-navarrais, labourdin et souletin) ils sont quasiment écrasés par l'Euskara Batua qui a investit tous les champs de communication (télévision, journaux etc...).

 

Pour ce qui est des divers dialectes gascons, ceux-ci peuvent être couverts par le Gascon normalisé, les dialectes étant intercompréhensibles entre eux car très proches. Les dialectes gascons restent encore parlés par quelques anciens.

 

Différences entre le Gascon et le Basque.

 

Le Gascon est un ensemble de dialectes aquitains (proto-basque) qui a subit une influence romane.

 

Les dialectes basques sont des dialectes aquitains (proto-basque) protégés par les Pyrénées qui ont pu évoluer en ayant subit peu ou pas d'influence romane.



Nadau "Era Sauta Banassa"


Nadau chante en Gascon, parlé autrefois dans toute la Gascogne y compris au Pays-Basque notamment par les Bergers au travers du dialecte Gascon Pyrénéen.

 


Chanson Traditionnelle "Chanter avec les ânes" en Gascon (Pyrénéen) :